Armorican psycho

Balade meurtrière dans les rues de Brest

Auteur : Gwenael Le Guellec

Editeur : Les Nouveaux Auteurs 

Date De Parution : 11 Avril 2019

Nombre De Pages : 699

Genre : Polar / Thriller

Prix : 19.95€ 

Statut : m’appartient / dédicacé

                                                                                                                                                                                                                                                       

Bienvenue à Brest, mais ne vous attendez pas à une visite idylique.

Il pleut, beaucoup, tout le temps (n’oubliez pas qu’il s’agît d’une fiction), il vente, très fort (c’est toujours une fiction). Un temps idéal pour un roman en noir et blanc. Oui vous n’y verrez que très peu de couleur. Bienvenue dans l’univers de Yoran Rosko, photographe, atteint d’achromatopsie.

En novembre 2019, (oui moi aussi j’espère que Gwenael s’est trompé dans ses prévisions météorologique) Yoran apprend que son vieil ami Claude a disparu, et comble du mystère, un mort (qui n’est pas Claude) se trouve dans l’appartement de celui-ci. Où est passé Claude? Et pourquoi le cadavre est il recouvert de gros sel? Yoran, avec l’aide de l’inspecteur Le Bris va s’immiscer dans les rues de Brest, en passant par le port, afin d’y retrouver quelques indices pour retrouver son ami, qui le mènera jusqu’à Oslo. 

Entre temps d’autres meurtres sont commis, les cadavres recouvert de sel. Le meurtrier est vite surnommé le tailleur de sel. Quel est donc le lien avec Claude? 

Suivez Yoran dans sa quête en noir et blanc pour trouver la vérité

Serais-je objective?

Pourquoi j’ai aimé et pourquoi faut il le lire?

Bon, déjà l’histoire se passe à Brest et j’avoue que c’est une bonne excuse pour en entamer la lecture !  Aussi parce que c’est un nouvel auteur, et qu’il est bon de lire de nouveaux écrivains de temps en temps.

Il y a des premiers livres ou on se dit « ouais bof » et il y a Gwenael Le Guellec, et là quand on a refermé le livre, c’est limite si on se demande s’il s’agît vraiment de son premier roman ! Il attaque fort avec 700 pages. 

Les descriptions de la ville sont conformes à ce qu’elle est, on s’y repère bien, quand on connait Brest. Bon, j’ai moins aimé la météo, ça ne va pas aider dans les clichés. 

Une imagination débordante qui tient la route, cette histoire pourrait très bien être vraie. Un personnage comme on en a jamais vu. C’est bien la première fois que je suis l’histoire d’un homme qui ne voit pas les couleurs.

Il y a dans le livre une scène de torture, pas hyper agréable, mais en comparaison à certains autres auteurs, ce n’est pas « gore » pour autant. Il s’agît quand même d’un polar.

J’ai particulièrement apprécié le clin d’œil à l’équipe de hockey sur glace de Brest (les Albatros) étant une fervente supportrice. (Gwenael si tu me lis, la prochaine fois, accorde leur une victoire) 

Pour ma part j’attend avec impatience la suite, si suite il y a, savoir ce que devient Yoran me plairait beaucoup.

4.5/5