Avec toutes mes sympathies

Balade autobiographique, hommage d'une sœur pour son frère

Auteur : Olivia de Lamberterie

Edition : Stock

Date de parution : 22 Août 2018

Nombre de pages : 254 pages

Genre : Biographie / autobiographie

Prix : 18,50 euros

Statut : emprunt médiathèque

Les mots des autres m’ont nourrie, portée, infusé leur énergie et leurs émotions. Jusqu’à la mort de mon frère, le 14 octobre 2015 à Montréal, je ne voyais pas la nécessité d’écrire. Le suicide d’Alex m’a transpercée de chagrin, m’a mise aussi dans une colère folle. Parce qu’un suicide, c’est la double peine, la violence de la disparition génère un silence gêné qui prend toute la place, empêchant même de se souvenir des jours heureux.
Moi, je ne voulais pas me taire. Alex était un être flamboyant, il a eu une existence belle, pleine, passionnante, aimante et aimée. Il s’est battu contre la mélancolie, elle a gagné. Raconter son courage, dire le bonheur que j’ai eu de l’avoir comme frère, m’a semblé vital. Je ne voulais ni faire mon deuil ni céder à la désolation. Je désirais inventer une manière joyeuse d’être triste.
Les morts peuvent nous rendre plus libres, plus vivants.

Cela fait peut être un peu puéril pour un tel livre mais « WAOUH ! » Sachant que les biographies/autobiographies ne sont pas trop mon domaine de lecture, celui ci est une pépite. J’ai même du mal à trouver mes mots pour exprimer ce que je ressens après cette lecture. Olivia de Lamberterie sait exactement retranscrire par écrit tous ce que l’on peut ressentir avant, pendant, et après le décès d’un être cher. Elle réussi à rendre la mort moins triste, surtout quand celle ci est un choix. Tout au long de son récit, on est transporté par l’amour qu’elle a pour son frère. Elle sait depuis longtemps qu’il va mourir, parce que c’est son choix. 

Comme je l’ai dis plus haut, je ne sais pas quoi dire de plus, je n’ai pas les mots qu’Olivia a su retranscrire avec amour, douceur. Oui, le livre est un hommage à son frère qui a décidé de mourir, oui ça devrait être triste et larmoyant, et même si les larmes montent parfois, quand on ferme ce livre, on est heureux.

Parce que certaines morts nous rendent plus vivant. 

5/5